livraison gratuite

Guillaume d’Alessandro, journaliste de We Demain a décidé de manger la nourriture industrielle des animaux de compagnie commercialisée dans les grandes surfaces : Pâtées, croquettes, friandises. Voici son retour d’expérience…

Une semaine d’enquête pour découvrir un marché, un business, celui de la nourriture pour animaux : 3ème poste de dépense dans les ménages, un marché partagé en majorité par 4 entreprises dans le monde.

Test odorant, gustatif, consistance, Guillaume d’Alessandro a mangé matin, midi et soir pendant une semaine l’alimentation pour chiens (et chats) vendues en supermarché. De l’entrée de gamme jusqu’aux produits les plus cher il teste et goûte à ces différents produits.
Si évidemment il s’agit de menu moins gastronomiques qu’économiques le journaliste pointe du doigt dans cette enquêtes plusieurs problématiques :

  • La présence de VSM : Viande mécaniquement séparée, une pâte faite de reste de viande, peau, nerf, pâte, crête, produits d’équarrissages… Des sous produits animaux : Déchets de l’alimentation humaine très peu qualitative.
  • La présence importantes de céréales issus de stocks impropres à la consommation humaine, céréales non adaptées à l’alimentation d’un carnivore et facteurs d’obésité et de problèmes cardio-vasculaires
  • Un marketing ultra présent vantant les mérites de gammes spéciales : Race, bio, végétarien/vegan, plats cuisinés… Il faut que ça plaise que maitre avant que ça plaise au chien.

Le journaliste aborde également le BARF, méthode parfois controversée mais naturelle pour l’alimentation du chien/chat.

Enquête dégoût j’ai mangé comme vos chiens et chats (We Demain)

Vous pouvez retrouver l’enquête du journaliste sur le n°22 de la revue WeDemain, hebdomadaire papier disponible en librairie, en kiosque ou sur leur site internet Wedemain.fr.

Seriez-vous capable de manger la nourriture de Médor ? (RTL)

Écoutez l’interview du journaliste Guillaume d’Alessandro sur la radio RTL dans l’émission « La Curiosité est un vilain défaut » animée par Sidonie Bonnec et Thomas Hugues.

Cette enquête nous conforte donc dans l’idée qu’il est essentiel de lire la composition des croquettes avant de les acheter, et qu’il ne faut pas acheter n’importe lesquelles. Il en va de la santé de votre animal !

livraison gratuite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation