livraison gratuite

Présenté par Thomas Sotto et diffusé le 8 juillet 2012 sur M6 dans l’émission Capital ce reportage traite du marché concurrentiel de la croquette pour animaux domestiques. Pour gagner de l’argent et faire des marges toujours plus importantes, les industriels sont prêt à tout, quitte à mettre en danger la santé de votre animal.

Intitulé Chiens, chats : Les croquettes de la fortune le documentaire commence par quelques chiffres clés, le marché de la croquette qui avec ses 4 milliards d’euros annuel dépasse le marché du jouet.

Le marché de la croquette

Le documentaire commence par une rencontre avec des propriétaires de chiens, une famille qui par praticité nourrit ses chiens et ses chats uniquement avec des croquettes. Pour illustrer les montants et les chiffres mentionnés plus haut, on demande à la propriétaire de faire une estimation du budget qu’elle alloue annuellement à la nourriture de ses animaux. Avec plusieurs centaines d’euros dépensés chaque année on comprends alors aisément pourquoi les industriels font tout pour séduire les propriétaires d’animaux. Ils sont deux grands groupes à se partager la majeur partie du marché, deux géants de l’industrie alimentaire : Nestlé et Mars. Une industrie très rentable qui ne connait pas la crise et dont le produit vedette est vous l’avez deviné : La Croquette.

Rétrospectives des publicités à la télévision

Petite rétrospective sur la croquette qui existe depuis plus d’un siècle avec un boom dans les années 70 et la Pub TV pour Fido Steaky. Dans les années 80 les industriels vont encore plus loin avec une mise en scène plus travaillée : Falco, berger allemand (chien à la mode) et un spot publicitaire pour Royal Canin, musique d’Ennio Morricone tiré de la bande original du film le Professionnel avec Jean Paul Belmondo.

Tout est fait pour convaincre le public que la croquette (Quelque soit sa composition) est l’alimentation la plus adaptée pour le chien. Encore peu connue, la croquette va au fil du temps s’imposer jusqu’à devenir aujourd’hui l’alimentation de référence

Visite du rayon croquette d’un hypermarché

Avec plus de 1000 références dans une rayon de plus de 50m de long, le consommateur n’a que l’embarras du choix. Depuis les croquettes les moins chères à moins de 50 centimes d’euro le kilo jusqu’au croquettes les plus cher à près de 8€ le kilo il y en a pour tous les portes-monnaies.

Mais si il y en a pour tous les budget, la qualité est elle vraiment au rendez-vous quand on décide d’y mettre le prix fort ? Sur chaque paquet les marques mettent en avant la viande que contiennent leurs croquettes. Un marketing trompeur qui laisse penser que l’ingrédient principal est du bœuf, du poulet ou autre… Mais quand on lit en détail l’étiquette et la composition, c’est la surprise… Les ingrédients majoritaires sont les céréales et les sous produits animaux et les formulations peuvent induire en erreur ceux/celles qui ne savent pas à quoi elles correspondent…

Visite chez un fabricant français de croquettes industrielles

Visite chez un industriel français que vous retrouverez d’ailleurs dans le reportage du 12:45 de M6 et dans le documentaire Quelles croquettes pour nos bêtes de France 5.

La rencontre commence par une présentation des produits dont les croquettes « haut de gamme » de la PME familiale. On découvre les ingrédients utilisés comme la viande : Carcasse, cœur de volaille, rognons, rates et autres abats. Mais aussi les céréales comme la farine de maïs indispensable selon l’industriel pour la fabrication des croquettes. On apprend ensuite que les croquettes dîtes haut de gamme contiennent au minimum 50% de céréales…
Pour augmenter l’appétence on ajoute de la graisse de canard et une préparation à base de foie de volaille et de foie de porc fermenté sur des levures de bières. On nous explique ensuite que la plupart des industriels augmentent la proportion de céréales (car moins cher que la viande) et compensent avec ces exhausteurs de goût.

Études et analyses des compositions

Sur la majorité des paquets ou sacs de croquettes de supermarché ou autre, la mention céréales qui ne dit pas quelles sont ces céréales ni leur proportion exacte. Selon les informations des journalistes de Capital (M6), certaines croquettes pourraient contenir jusqu’à 80% de céréales… Le journaliste explique alors que donner des céréales à un carnivore peut avoir des conséquences sur la santé de l’animal.

Rencontre avec une toxicologue

Le reportage se poursuit avec la rencontre d’Annie Lescovitch une Toxicologue de l’ENSA de Toulouse. Une experte que vous retrouverez dans le reportage du 12:45 de M6 et dans le documentaire Quelles croquettes pour nos bêtes de France 5.

Les mycotoxines

Spécialiste de la croquette elle a été à plusieurs reprises contactée par des éleveurs nourrissant leurs animaux avec des croquettes. Ceux-ci ont notés des problèmes de reproductions notamment chez les chats avec malformation des chatons, des problèmes aux reins et au foie chez le chien.
La Toxicologue mène l’enquête en faisant des analyses sanguines et l’analyse de la composition des aliments et découvre la présence de substances toxiques : Les mycotoxines (Fumonisine, zearalenone, trichothecenes). Les mycotoxines sont des champignons/Moisissures présentes sur les céréales en décomposition, des céréales contaminées qui sont donc utilisées pour la fabrication de croquettes.
Aucune législation n’encadrant les mycotoxines présentes dans l’alimentation animale, les industriels ont le champ libre pour toutes les négligences et tous les abus… Le chien étant un carnivore et son organisme n’étant pas conçu pour assimiler des céréales (et les mycotoxines qui les accompagnent) le danger est réel.

Si depuis quelque temps les industriels font des efforts, le risque zéro n’existe pas, il suffit d’un petit lot contaminé dans un silo pour que les tests ne les détectent pas. Le journaliste explique alors que plus il y a de céréales dans une croquette, plus le risque de présence de mycotoxine est important.
Une raison de plus de choisir des croquettes sans céréales, votre animal n’a pas besoin de céréales et celui lui évite potentiellement d’ingérer ces mycotoxines…

L’équipe de journaliste décide de faire tester des croquettes entrée de gammes (Riches en céréales) achetées au hasard en supermarché pour savoir si la présence de toxine est toujours d’actualité.

Testées en laboratoire les résultats tombent, tous les paquets contiennent une faible quantité de mycotoxines… Cependant un paquet de croquettes pour chat contient un taux important de mycotoxines, la consommation de ces croquettes et donc de cette toxine peut entrainer selon le rapport des dommages rénaux et des tumeurs sur les voies urinaires… Des troubles de la reproduction pourraient également apparaitre à court et moyen terme. La consommation pendant quelques semaines d’affilés de ces croquettes pourraient en effet suffire à entrainer ces troubles.

Marketing et profit

Comme expliqué plus haut, les industriels annoncent en gros sur la face de l’emballage la présence de viande alors qu’au dos du paquet on se rend compte que c’est loin d’être l’ingrédient principal. Les recettes contiennent une grande quantité de céréales mais cela n’est pas mis en avant, alors que c’est nocif pour votre animal : La céréale en elle même non assimilable par un carnivore et la potentielle présence de mycotoxines…

Si aujourd’hui les consommateurs ont pris conscience qu’il était important de diversifier l’alimentation, de choisir des produits de meilleur qualité, de la pâtée, de la viande crue, le marketing est toujours là pour continuer à vous séduire, vous berner…

L’exemple des croquettes BIO

Rencontre avec un fabricant de croquettes BIO, des croquettes produites à base de viande bio, de céréales bio, en vente uniquement sur internet, chez quelques vétérinaires et dans certains magasins bio. On découvre un plan marketing solide mais finalement des valeurs nutritionnelles peut intéressante. Présence de céréales oblige, ces croquettes ne sont pas plus adaptés au régime alimentaire d’un carnivore. Alors oui la viande est bio, mais il y a aussi une grande quantité de céréales, et même si ils sont bio, ils n’ont rien à faire dans la gamelle d’un carnivore. Le vétérinaire nutritionniste de la marque le dit lui même dans l’interview, ses croquettes n’ont pas d’intérêt nutritionnel par rapport aux grands acteurs du marché, elles sont juste BIO. Finalement ce label se veut rassurant pour le consommateur et détourne l’attention de celui-ci du véritable problème, le propriétaire voit BIO et pense donc que c’est bon pour son animal sans même faire attention à la présence de céréales.

Le gérant de la marque explique s’être lancé sur ce marché car il avait constaté que le BIO avait une croissance à 2 chiffres… Comme tout entrepreneur le profit était donc sa principale motivation.

Depuis le reportage la marque a complété sa gamme et propose désormais des croquettes sans céréales, elles contiennent malheureusement de la pomme de terre… Leur taux de glucide est important et quand vous lisez la liste d’ingrédients, tous ne sont pas bio, comme par exemple l’huile de saumon inclue dans la recette… Ces croquettes ne sont donc finalement même pas à 100% bio…

Une information intéressante, celle divulguée par le vétérinaire client de la marque. Il explique que sur les croquettes qu’il vend dans sa clinique sa marge est en moyenne de 33%. Là encore le docteur raisonne en terme de capital compte en banque et non de capital santé, une raison de plus de ne pas acheter de croquettes chez le vétérinaire.

Avis et commentaires

C’est le premier véritable reportage dédié à la croquette pour animaux de compagnie, il dénonce les dérives et notamment l’incohérence de la présence de céréales dans l’alimentation d’un carnivore (hormis pour réduire les coûts et augmenter les marges)… Dommage qu’il ne présente pas en fin de reportage les alternatives aux croquettes avec céréales comme le sans céréales ou le BARF. Et vous qu’en avez vous pensé ? N’hésitez pas à faire part de vos remarques et avis dans les commentaires…

livraison gratuite

Comments are closed.

Post Navigation